http://bienvenuesurterre.vefblog.net/

  VEF Blog

Christophe SEVESSAND

posté le vendredi 01 septembre 2017 à 19:25

9,2 pour cent

OUI, dans un pays qui entretient depuis 30 ans du chômage de masse, il devient URGENT d'agir.


En fait, le choix est simple. Très simple :
A- Dans un pays à presque 10% de chômage (chiffres officiels et en métropole), il est normal de craindre perdre son emploi et de vouloir s'y accrocher comme une huitre à son rocher et de ne pas vouloir s'ouvrir (tel l'huitre) à tout changement ou perte d'avantages, y compris le raz de marrée. La peur tétanise. 

B- Par contre, si demain votre pays est à moins de 5% de sans emploi. Que si vous vous faites virer ou si vous quittez votre poste, vous en retrouvez un peu ou prou dans le mois, que vous pouvez négocier votre paquet d'avantages (sans que cela n'ait été fait par autrui ou dicté par le patron), là, avouez, vous vous en moquez un peu de la protection de vos acquis, avantage et chômage. Ah : L'insouciance ...

 

Alors, quel est votre choix, maintenant ? 
A- la crainte, la peur, l'angoisse, l'immobillisme, le renfermement et la frustration.
B- l'insouciance, la joie de vivre, l'espoir, l'expérience et l'aventure.

 

Et bien, ce choix B a été fait par les Anglais il y a 40 ans, sous le gouvernement Thatcher.

Oui, les réformes ont été rudes, dures et violentes (avec pavés dans la gueules des policiers et tout et tout) et le Ministre de l'Economie de l'époque a dit " maintenant, soit tout le monde pédale ensemble, soit tout on s'arrête ensemble" mais regardez aujourd'hui : 4,5% de chômage !!!

Mes collègues Anglais me disent avec un flegme déconcertant : "si je perds un travail, peu importe, j'en retorouve un en moins d'un mois. Si j'ai envie de changer, je change !". Ca oui, il ne se sont pas stressé par la perte d'un emploi. Normal, ils n'ont pas continué à claquemurer et surprotéger leur valeur travail dans des barricades genre village Gaulois encercklant leur économie du travail.

Résultat, 40 ans plus tard, on mesure les différences. Et elles font mal ...


Et dans le même cas, on pourrait parler de l'Autriche, du Danemark, de la Suisse ou de l'Allemagne !

 

Donc, après avoir perdu suffisamment de temps, j'estpère que vous conprenez bien l'enjeu qui attend la France au détour de cet automne :
A-avancer
B- s'enfoncer

Râler et manifester n'est pas un choix et cela ne sert à rien : la terre tourne et on ne peut pas rester dans le passé éternellement !

Cycliste, chef d'entreprise et cadre salarié, je fais mon choix : je pédale et j'avance !
A bon entendeur.

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le samedi 26 août 2017 à 18:14

N.P.B.P.

Nos Plus Beaux Plongeons ...
Ou Nos Plus Beaux Ploufs (ça marche aussi).

 

 

 

 

 

  Sinon, je confirme, une semaine de vacances, ça n'est pas assez ... (mais ça, nous le savions tous !).

 

 

Mais, nous remettrons ça ... 

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le lundi 14 août 2017 à 17:16

Ca sent la fin

Et vivement la fin !
Je suis un peu comme "le cheval qui sent l'écurie" ; un mélange de pilote automatique et d'envie de rallier le box au plus court.
Cet été fut particulièrement dense et éprouvant avec de (trop) nombreuses sollicitations les week-ends qui se sont rajoutées à des semaines déjà bien trop chargées.
Résultat : sur les 6 semaines estivales où nous avons livré 14 événements, je pointe à 60 heures de moyenne par semaine ! Autant dire que je suis bien lessivé et que je me demande que quitte à avoir le même rythme de fou, ne vaut-il pas mieux travailler sur les Jeux Olympiques ?
A moins que ce soit notre programme et notre organisation qu'il faille remettre à jour ? ... 

 

Enfin, ça sent les vacances !
Je livre la restauration champêtre (oui, des fois, un Club des Sports, ca évolue TRES TRES loin du SPORT !!!) de la dernière fête de la saison et je baisse le rideau.
Septembre s'annonce aussi très léger avec un gros paquet de jours de congés à prendre auxquels vont s'ajouter les compensations du surplus de travail opéré sur cet été.

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :
 
 
 
Rappel article